Imprès des de Indymedia Barcelona : http://barcelona.indymedia.org/
Independent Media Center
Notícies :: globalització neoliberal : guerra
Normandía
06 jun 2004
En un tenso clima político, hoy se festeja desembarco en Normandía.

Marchan miles en rechazo a visita del presidente de EU.
Paris, 5 de junio. Jefes de Estado y de gobierno de Europa, así como el presidente de Estados Unidos, tienen una cita este domingo para conmemorar el 60 aniversario del desembarco de las tropas aliadas inglesas y estadunidenses, junto con contingentes canadienses y franceses del exilio entre ellas, en la costa normanda de Francia.

Si en el 20 aniversario el presidente francés, Charles de Gaulle, anfitrión de los festejos, no mostró entusiasmo por considerar que los aliados lo marginaron de la operación que desencadenó la liberación de su país de la ocupación alemana, en 1984 el presidente François Miterrand presidió la ceremonia al lado de Ronald Reagan y en el cincuentenario invitó incluso a Helmut Kohl, el canciller federal alemán, quien declinó asistir. Mientras tanto, el actual canciller federal de Alemania, Gerard Schroeder, estará presente en el mismo campo de batalla donde comenzó la derrota del ejército de su país, en ese entonces defensor de la barbarie del nazi-fascismo.

La presencia del mandatario de Estados Unidos, George W. Bush, ha enrarecido la atmósfera política y social en este 60 aniversario. El gobierno francés, por su parte, ha tomado medidas de seguridad como si fueran "tiempos de guerra". Tanto en París, donde 5 mil policías y mil 500 militares rodean un amplio sector del centro debido a la visita de Bush a esta capital, como en la costa de Normandía y los pueblecillos y ciudades aledañas, donde habrá cerca de 150 ceremonias y adonde llegaron, desde hace 15 días, efectivos policiacos y del ejército para cuidar el desfile proveniente de varias partes de Europa y de aeropuertos especiales, de viejas pero impecables unidades militares de los aliados de la Segunda Guerra Mundial. Porque con estas piezas de museo y otros vehículos de guerra en pleno uso se instaló una verdadera, aunque transitoria, "base militar" estadunidense en la región, con sus propias tiendas de abasto y hospital de campaña, lo que no deja de evocar la ocupación de Irak por el mismo ejército.

No obstante eso, los habitantes de la vasta región normanda, muchos de ellos testigos agradecidos del desembarco que los liberó de la bota nazi, adornaron sus casas con motivos patrióticos y banderas estadunidenses, dedicándose a visitar las áreas ceremoniales hasta ayer, y estremecerse con el espectáculo de 15 mil paracaidistas estadunidenses cayendo felices al reproducir el salto de sus abuelos en aquella memorable mañana pero sin ningún riesgo.

Por su parte, los medios de comunicación no han cesado desde hace dos semanas de transmitir reportajes sobre los veteranos de esa guerra y, en especial, sobre veteranos estadunidenses radicados en Francia o recién llegados de Estados Unidos. Cien de estos últimos, invitados del gobierno francés, fueron objeto de una recepción reservada a jefes de Estado. Además, fueron galardonados con la legión de honor por el presidente Jacques Chirac.

Y es a estos veteranos de 80 años o más que el pueblo francés rinde homenaje en estas fechas, pues, como dicen desde los historiadores e intelectuales entrevistados por los medios hasta hombres y mujeres comunes: "celebramos a los aliados caídos en la guerra que nos liberó, no a Bush".

Este sábado, 200 mil manifestantes contra el proyecto gubernamental de reducir las prestaciones sociales, convocados por ocho federaciones sindicales identificadas desde la izquierda extrema hasta los demócratas-cristianos, desfilaron clamando consignas y mostrando pancartas, entre las cuales se veía y oía: "Muera Bush, asesino" o "Bush, go home". Marcharon entre la plaza de la República y la de la Nación, fuera de su ruta habitual, a causa de las medidas de seguridad que protegen justamente al estadunidense de la cólera multitudinaria de los franceses, tan pro estadunidenses durante 58 años hasta la llegada de Bush a la Casa Blanca.

Al finalizar la marcha sindical, en la plaza de la Bastilla, 24 mil personas se unieron en un grito: "Bush, fuera de Irak".

Mientras tanto, en el palacio del Eliseo el presidente Chirac declaraba: "Queremos desear a los iraquíes que recuperan su soberanía (...), pero lo que nos preocupa todavía es la inseguridad".

A ello, Bush contestó con una sonrisa de lado a lado: "Por eso no dejaremos solo a Irak (...) y además su nuevo primer ministro nos ha pedido que nos quedemos". Después de haber resuelto, al menos aparentemente, el motivo de su discordia, los presidentes Chirac y Bush, el secretario de Estado Colin Powel y altos funcionarios franceses, junto con sus esposas, cenaron un platillo que, según los expertos en protocolo, no podría incluir pavo ni foie gras para evitar malentendidos.
Mira també:
http://www.jornada.unam.mx/2004/jun04/040606/030n3mun.php?origen=mundo.php&fly=1

Copyright by the author. All rights reserved.

Comentaris

Re: Normandía
06 jun 2004
Hoy los soldados Ryan están en Iraq. ¡Mohamed apunta bien!
Re: Normandía
06 jun 2004
En television decian que el desembarco de Normandía significó el principio del fin del III Reich. Entonces la batalla de Stalingrado.. ¿Que fue, una anecdota?

Lo que hay que ver y oir
Contre les occupations impérialistes, contre Bush et Chirac!
07 jun 2004
Contre les occupations, pour la défaite de l'impérialisme!

Fraction Trotskyste pour la Quatrième Internationale.
FT-QI (France)

CONTRE
LES OCCUPATIONS IMPERIALISTES !!
CONTRE BUSH, CONTRE CHIRAC !!
POUR LA DÃFAITE DE LâIMPÃRIALISME !!

Le 5 juin, Bush sera à Paris pour rencontrer Chirac. Après une opposition au sein de lâO.N.U sur le dossier irakien -lâaxe franco-allemand hégémonisant le camp des autres puissances impérialistes refusant de voir Washington restructurer à leurs dépends et en fonction de ses intérêts quasi exclusifs (et ceux de ses alliés dans une moindre mesure) la carte du Proche et du Moyen-Orient- revoilà donc Mister Bush et Monsieur Chirac qui se retrouvent pour discuter du nouvel ordre mondial à mettre en place. Le 6 juin, tous les âgrands décideurs de ce mondeâ, que ce soient ceux qui sâopposaient il y a un an à la guerre en Irak comme Poutine, le boucher du peuple tchétchène, ou les amis plus ou moins sincères de Bush comme Blair, seront présents en prélude à la prochaine réunion du G8 qui aura lieu la semaine prochaine aux USA.

Le futur de lâIrak est un thème très sensible, en raison de la centralité stratégique et économique du pays ainsi que du caractère explosif de la situation actuelle.

Chirac, chef des forces armées impérialistes présentes en Afghanistan, en Côte dâIvoire, en Haïti, les mêmes troupes qui ont couvert le génocide rwandais, fort de sa position conquise par son opposition à lâunilatéralisme des USA, est aujourdâhui, grâce à lâenlisement et au manque de stratégie politique à long terme de lâimpérialisme états-unien, à même de renégocier sa part du gâteau et des richesses irakiennes. Il nây a aucune différence de nature entre Chirac et Bush. Lâimpérialisme français nâa pas dâétat dââme quand il sâagit dâintervenir dans les pays semi-coloniaux et défendre son pré-carré.

En Espagne où Aznar utilisait une politique pro-états-unienne sur le dossier irakien pour mieux négocier avec lâaxe franco-allemand les grands enjeux de lâagenda européen, le gouvernement du Parti Populaire a été balayé dans les urnes. Câest aujourdâhui le PSOE de Zapatero, dont le programme économique est identique à celui de son prédécesseur, qui se trouve à la tête du pays. Mais le PSOE qui a retiré les soldats espagnols dâIrak sous la pression des urnes ,et pour complaire à ses amis Chirac et Schroeder, est le même qui avec Javier Solana avait bombardé la Yougoslavie en 1999 et maintient des troupes dâoccupation au Kosovo et en Afghanistan.

Ni lâaxe franco-alemand, ni lâUnion Européenne renforcée par le retour dans le giron de lâEspagne, ne représentent une alternative pacifiste.

Quant à lâONU, plébiscitée par les directions droitières du mouvement anti-guerre et du mouvement altermondialiste lâannée dernière avant le début du conflit, elle a toujours légitimé lâembargo contre la population iraquienne et a déguisé son humanisme compatissant par le programme pétrole contre nourriture⦠causant la mort de plus dâun million dâenfants, de femmes et dâhommes iraquiens. Ses âcasques bleusâ sont poursuivis pour viol et crime dans de nombreux pays par où ils sont passés ! Le rôle de la MONUC actuellement dans lâEst de la RDC démontre bien quâaucune solution ne peut passer par cette institution qui nâest quâune caverne de bandits où les impérialistes, par diplomates interposés, tentent tant bien que mal, de se partager le monde sans trop de frictions, ce qui est de plus en plus difficile dans le contexte actuel de rivalités inter-impérialistes croissantes.


VIVE LA RÃSISTANCE ARMÃE DES PEUPLES DâIRAK ET DE PALESTINE !

Les marxistes révolutionnaires, les courants revendiquant les drapeaux de Marx, Lénine et Trotsky, doivent se prononcer inconditionnellement pour la défaite de lâimpérialisme et du sionisme.

Il faut soutenir sans hésitation le soulèvement armé du peuple irakien contre lâoccupation anglo-américaine ainsi que la résistance multiforme du peuple palestinien contre les exactions barbares que mène le gouvernement Sharon avec le soutien tacite de tous les partis sionistes, y compris les travaillistes.

Soutenir la résistance armée ne veut pas dire accorder un soutien politique quelconque aux directions du mouvement de résistance actuel, islamistes et nationalistes-bourgeoises, quâils soient baasistes, sunnites ou chiites dans le cas irakien. Leur seul but est de négocier, même violemment, avec les troupes dâoccupation, une parcelle de pouvoir supplémentaire, entre deux trêves. Elles divisent les travailleurs, se refusent à armer le peuple dans son ensemble, préférant la logique des actions individuelles ou isolées à celui de la guerre généralisée et elles constituent un obstacle réel à la formation dâune véritable alternative ouvrière et socialiste à lâimpérialisme.

Nous devons également nous opposer catégoriquement au terrorisme. Les attentats du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles et du 11 mars à Madrid nâont fait que diviser la classe ouvrière des pays impérialistes et celle des pays semi coloniaux.

Cependant, nous ne devons pas tomber le piège bourgeois qui met sur le même plan les attaques de la résistance iraquienne et palestinienne sur leurs territoires occupés et les attentats revendiqués par Al Qaeda. Lâorganisation de Ben Laden ne représente que les intérêts dâune fraction de la bourgeoisie saoudienne et ne représente en aucun cas une alternative pour les peuples opprimés arabes et musulmans.

En Irak comme en Palestine, seule la classe ouvrière avec ses alliés, la paysannerie et la jeunesse, est capable de dépasser les limites religieuses et ethniques imposées par les directions des mouvements de résistance afin de mener vers un authentique processus de libération national et social. Câest pourquoi les communistes internationalistes doivent soutenir toutes les organisations ouvrières, de chômeurs, de jeunes et de femmes qui cherchent à se constituer indépendamment des islamistes et contre eux. Mais pour se développer et pour vaincre, ces organisations ne peuvent laisser le monopole du combat anti-impérialiste aux directions islamistes et nationalistes bourgeoises qui lâutilise afin de mieux contrôler le mouvement de résistance et lâinstrumentaliser pour négocier. Ces organisations doivent se porter aux premiers rangs du combat politique et de la lutte armée contre lâimpérialisme et le sionisme.

âPROLETAIRES ET PEUPLES OPPRIMES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS ! »


Les masses du monde entier connaissaient déjà les mensonges par lesquels Bush, Blair et leurs alliés entendaient justifier lâagression contre lâIrak. Elles ont découvert également le vrai visage de lâoccupation impérialiste : les tortures, lâhumiliation quotidienne, la terreur. Câest pour toutes ces raisons que le mouvement anti-guerre international est descendu dans les rues des villes du monde entier les 15 février et 20 mars 2003 et dans une moindre mesure le 20 mars 2004 manifestant une large opposition à la logique guerrière. Mais malgré tout, la guerre a éclaté et lâoccupation se poursuit. Cela nous mène à nous poser une question. Comment rendre effectives les revendications portées par ces manifestations, concrétiser réellement sur le terrain le NON A LA GUERRE ET AUX OCCUPATIONS ?

Le combat contre la guerre et les occupations impérialistes doit aussi être mené dans les pays agresseurs eux-mêmes. Seule la classe ouvrière, avec ses propres méthodes de lutte, aux côtés de ses alliés, la jeunesse, le mouvement antiglobalisation et antiguerre, peut rendre ce combat effectif à travers sa propre force et ses propres actions, notamment la grève. Câest le salariat, et notamment les travailleurs de lâindustrie et des services, qui produit les armes dont se servent les armées impérialistes, qui fournit en produits dâintendance et alimentaires les troupes dâoccupation, qui fait circuler munitions, armes et troupes.

Câest cette même classe ouvrière qui a entre ses mains potentiellement tous les moyens pour mettre un coup dâarrêt à la machine de guerre. Câest elle qui doit se porter à la tête du mouvement contre la guerre car câest la seule force capable de porter le mouvement jusquâau bout et le rendre pleinement effectif. Il faut non seulement suivre lâexemple des cheminots écossais en 2003 qui refusaient dâacheminer armes et munitions destinées à lâarmée britannique, celui de la classe ouvrière espagnole qui avait fait grève lâannée dernière contre la guerre mais aussi et surtout lâexemple massif donné par la classe ouvrière et la jeunesse italiennes les 20 mars et 2 avril 2004 qui avaient commencé à paralyser effectivement la machine de guerre impérialiste de lâintérieur, bloquant certains bateaux à Livourne et à Naples, bloquant les voies ferrées et liant leur lutte contre les contre-réformes de Berlusconi à la lutte contre la guerre. Nous devons reprendre, pour combattre notre propre impérialisme sanguinaire, les slogans des travailleurs italiens combatifs qui ont manifesté à Rome le 4 juin aux cris de « 10, 100, 1000 Nassirya !», en allusion à lâattaque que la résistance a mené dans cette ville contre la caserne où stationnent les troupes dâoccupation italiennes.

La classe ouvrière et la jeunesse des pays centraux doivent appuyer toutes les résistances anti-impérialistes car tous les coups portés à lâimpérialisme ne pourront que faciliter le combat de la classe ouvrière et des classes populaires des pays centraux en défense de leurs conquêtes et de leurs acquis attaqués par leurs gouvernements. Plus lâimpérialisme est en difficulté, plus les prolétaires du monde entier seront dans une position favorable pour commencer à inverser le rapport de force et passer à la contre-offensive. Câest la leçon que doivent tirer ceux et celles qui entendent lutter jusquâau bout contre la réforme de la Sécu projetée par le gouvernement Raffarin III. Câest ce que montrent les luttes offensives et victorieuses des traminots italiens de lâhiver 2003-2004 et des ouvriers de Fiat Melfi dernièrement qui ont commencé à montrer un autre chemin aux travailleurs européens en lutte, par delà la stratégie conciliatrice des directions syndicales habituées à balader les travailleurs et les jeunes dâune mobilisation à lâautre sans lendemain pour mieux canaliser la volonté de sâopposer aux réformes anti-ouvrières et anti-populaires des gouvernements.

Le combat contre lâimpérialisme dans les pays occupés et semi-coloniaux et la lutte au cÅur même des pays impérialistes contre le patronat fait partie du combat international entre le prolétariat et ses alliés et la domination capitaliste. Câest en ce sens que nous reprenons le mot dâordre lancé par la Troisième Internationale de Lénine et Trotsky, âProlétaires et peuples opprimés du monde entier, unissez-vous !â?.
Câest ce quâessayent de faire oublier les bureaucrates syndicaux, qui montrent une fois de plus leur vrai visage, pro-capitaliste et pro-impérialiste, en séparant volontairement les cortèges des travailleurs luttant contre la réforme de la Sécu et ceux du mouvement anti-guerre, en appelant à une manifestation séparée le 5 juin à Paris. Ils sont bien conscients que la jonction et la fusion des deux mouvements porte en son sein des potentialités qui seraient capable de commencer à faire plier le gouvernement et le Medef.

Dans les métropoles impérialistes, comme la France, il revient donc à la classe ouvrière qui lutte pour la défense de ses acquis et ses conquêtes de prendre entre ses mains la lutte contre lâimpérialisme, pour la défense des peuples opprimés, dâappuyer la résistance car elle va dans le même sens que le combat quâelle mène contre son patronat et le gouvernement. Il faut que, par leur auto-organisation (Assemblées Générales, comités de grèves, etc.) les travailleurs et la jeunesse soient en première ligne de la lutte contre la guerre, contre les occupations impérialistes, et imposent aux directions des syndicats, qui les ont déjà trahis en négociant et signant la réforme des retraites et qui continuent malgré cela à se réclamer des intérêts spécifiques des travailleurs (la CGT, FO, la FSU, etc.) de se prononcer et de se battre pour la défaite de lâimpérialisme, pour la victoire de la résistance des peuples, notamment en Irak et en Palestine, car cela fait partie du même combat que nous menons ici contre les réformes pro-patronales du gouvernement Raffarin à qui avait ouvert le chemin le gouvernement PS/PC/Verts de Jospin.

Dans cette perspective, les organisations dâextrême gauche, comme LO, la LCR et le PT, qui se revendiquent de la révolution et le socialisme, doivent rompre avec leur passivité. Elles doivent lutter au sein des syndicats, des comités contre la guerre, pour que ceux-ci prennent une position claire de soutien aux résistances et la traduisent sur le terrain de la lutte de classe, par tous les moyens nécessaires, notamment par la grève. Ces organisations doivent dès à présent impulser lâorganisation indépendante des travailleurs et organiser un grand mouvement politique unitaire des travailleurs dâavant-garde et de la jeunesse contre le gouvernement de Chirac et Raffarin et leurs soutiens directs et les faux amis des travailleurs et de la jeunesse qui négocient dans les salons à Matignon.


ï· TROUPES IMPERIALISTES HORS DâIRAK, DâAFGHANISTAN, DâHAÃ?TI, DE COTE DâIVOIRE, DE TCHETCHENIE, DU KOSOVO !
ï· PAS DâINTERVENTION DE LâONU, NI DE LâUE
ï· EN FINIR AVEC LâOCCUPATION EN IRAK ET EN PALESTINE !
ï· VIVE LES RESISTANCES DES PEUPLES IRAQUIEN ET PALESTINIEN !
ï· POUR UN IRAK OUVRIER, LAÃ?C ET SOCIALISTE !
ï· POUR UN KURDISTAN UNIFIE OUVRIER ET SOCIALISTE
ï· POUR LA DESTRUCTION DE LâÃTAT SIONISTE ET LA FORMATION DâUNE PALESTINE UNIFIEE, LAÃ?QUE ET SOCIALISTE POUR QUE PUISSENT VIVRE EN PAIX LES TRAVAILLEURS DE LA REGION, QUâILS SOIENT ARABES, JUIFS, ETC. !
ï· POUR UNE FEDERATION SOCIALISTE DU PROCHE ET MOYEN ORIENT
ï· POUR ENRAYER LA MACHINE DE GUERRE DANS LES PAYS IMPERIALISTES, POUR SâOPPOSER AUX REFORMES ANTI-OUVRIERES ET ANTI-POPULAIRES, IL EST NECESSAIRE DE LUTTER POUR UNE GREVE GENERALE CONTRE LES GOUVERNEMENTS AGRESSEURS!
ï· LE TRIOMPHE DU PEUPLE IRAQUIEN SERA UNE PREMIERE VICTOIRE POUR LA CLASSE OUVRIERE ET LES OPPRIMES DU MONDE ENTIER. LEUR DEFAITE SERA UNE DEFAITE POUR LA CLASSE OUVRIERE ET LES OPPRIMES DE LA PLANETE !



Paris le 5 juin 2004.
Fraction Trotskyste pour la Quatrième Internationale (France).
www.ft-europa.org
Mira també:
http://www.ft-europa.org
Sindicat