Imprès des de Indymedia Barcelona : http://barcelona.indymedia.org/
Independent Media Center
Notícies :: guerra
La ONU tocada en Bagdad...
19 ago 2003
Pero Bush insiste en que es un acto desesperado frente a los "avances" que se viven en Irak desde el "fin" de la guerra. Ahora es la inoperante ONU quien ha recibido el ataque mortífero; un organismo que debiera ser independiente e imparcial, pero que fue incapaz de frenar esta invasión irracional en su momento, y que ya se ha visto envuelta de lleno. ¿Cuales serán las consecuencias de este acto terrorista? Para la Ultraderecha en el poder significa realmente algo la ONU y sus programas más o menos humanitarios? Servirá este acto mortífero para que la ONU se comporte al fin como un freno democrático e igualitario frente a la locura de los Halcones?

Irak sigue sin agua, sin electricidad, sin siquiera gasolina, por paradójico que parezca. EE.UU sigue endeudándose, el Banco Mundial prepara nuevos succiones monetarias en el resto del mundo para paliarlo.....

Va para largo.
L'ONU lourdement frappée par un attentat contre son siège à Bagdad

LEMONDE.FR | 19.08.03 | 15h53 MIS A JOUR LE 19.08.03 | 19h31

Au moins quinze personnes ont été tuées, dont le représentant des Nations unies en Irak, Sergio Vieira de Mello, et "des dizaines" blessées, selon l'ONU, dans un attentat survenu mardi 19 août à l'hôtel Canal, siège des Nations unies à Bagdad, et probablement dû à un véhicule piégé.

Le bilan devrait encore s'alourdir. Selon des sources médicales irakiennes, trois autres personnes ont été tuées et 53 blessés ont été évacués dans cinq hôpitaux à Bagdad. Un journaliste d'Associated Press sur place a lui compté quarante blessés qui étaient allongés dans un jardin jouxtant le bâtiment et recevaient des soins, tandis qu'un employé de l'ONU a dénombré quinze cadavres. Plusieurs morts et blessés se trouvaient encore ensevelis mardi en début de soirée sous les décombres, a déclaré un officier américain sur place, le capitaine James Jensen.

Le représentant des Nations unies en Irak, Sergio Vieira de Mello, a été tué dans cette attaque, comme l'a annoncé l'ONU à 19 h 15 heure de Paris. Une heure avant, M. Vieira de Mello était toujours sous les décombres et ne donnait plus de ses nouvelles depuis plus d'une heure, avait affirmé à l'AFP l'un de ses conseillers, Ghassan Salamé. "Sergio est toujours sous les décombres et ne répond plus au téléphone depuis une heure", avait témoigné ce conseiller. Des secouristes s'efforçaient de le dégager des décombres de son bureau.

L'explosion s'est produite sous la fenêtre du haut fonctionnaire international, qui semble avoir été la cible de l'attentat, a déclaré un responsable de l'ONU, Salim Lone, à la BBC. Peu avant, Paul Bremer, l'administrateur en chef américain en Irak, déclarait : "Mon cher ami Sergio Vieira de Mello est toujours là-bas", en montrant les décombres d'une partie du bâtiment qui s'est effondré. Il a promis de poursuivre en justice les auteurs de l'attentat, qu'il a qualifié d'"horrible".

"UN VÉRITABLE CARNAGE"

D'après la porte-parole de l'ONU à Bagdad, Véronique Taveau, l'explosion, survenue à 16 h 30 locales (14 h 30 à Paris), a été "énorme". "Benon Sevan, directeur général du programme 'Pétrole contre nourriture', qui donnait une conférence de presse, a été blessé", a-t-elle ajouté, sans donner plus de précision. D'après un porte-parole militaire américain cité par Reuters, cette explosion a dévasté l'immeuble.

Selon un employé de l'ONU présent sur les lieux, Fayez Sarhane, cité par l'AFP, l'explosion est due à un camion piégé. "J'ai vu un camion d'une cimenterie, de couleur jaune, percuter le mur d'enceinte de Canal Hotel et exploser", a-t-il déclaré.

D'après le témoignage de Mouna Naïm, du Monde, qui se trouvait sur place pour assister à une conférence de presse du directeur de l'agence de l'ONU chargé de la lutte contre les mines, Martin Barber, "tout s'est effondré (sous l'effet de la déflagration) : les plafonds, les vitres, les poutres métalliques". "Dehors, c'était un véritable carnage, a-t-elle raconté. Ils ont commencé à sortir les victimes. Certains étaient sérieusement blessés, à l'épaule, au dos, à la nuque, à la poitrine. Il y avait beaucoup de femmes."

Le génie américain a envoyé à l'hôtel Canal des équipements lourds afin de pouvoir dégager les décombres et accéder aux victimes, qui sont ensuite transportées vers des hôpitaux de campagne, a-t-il ajouté. Les Nations unies ont également mobilisé leur base arrière installée à Chypre pour évacuer les blessés.

KOFI ANNAN RENTRE À NEW YORK

Quelques heures après l'attentat, le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, a décidé d'interrompre ses vacances en Finlande et de rentrer immédiatement à New York où il arrivera mercredi, a annoncé mardi son porte-parole. Auparavant, M. Annan avait condamné l'attentat, le qualifiant d'"acte de violence gratuite et meurtrière".

Dans une déclaration lue par le porte-parole de l'ONU à New York, Fred Ekhard, M. Annan affirme que tout le monde aux Nations unies est "choqué et atterré" par cet attentat. "Rien ne peut excuser cet acte de violence gratuite et meurtrière contre des hommes et des femmes qui sont allés en Irak avec un seul but : aider le peuple irakien à recouvrir son indépendance et sa souveraineté", souligne la déclaration du secrétaire général de l'ONU.

A New York, le Conseil de sécurité a condamné cette "attaque terroriste" et affirmé qu'elle ne "briserait pas la volonté de la communauté internationale" d'aider l'Irak. "De tels incidents terroristes ne pourront pas briser la volonté de la communauté internationale d'intensifier leurs efforts pour aider le peuple d'Irak", a déclaré son président, l'ambassadeur adjoint de la Syrie, Fayssal Mekdad. Le Conseil a modifié son programme de travail et, au lieu d'un débat public sur le Proche-Orient, devait discuter mardi à huis clos de la situation en Irak.

CONDAMNATIONS UNANIMES

Le président américain, George W. Bush, a condamné depuis Crawford (Texas) cet attentat "terroriste". "Ces tueurs ne détermineront pas l'avenir de l'Irak", a affirmé M. Bush lors d'une brève intervention au cours de laquelle il a promis de "continuer la guerre contre le terrorisme jusqu'à ce que les responsables soient jugés". Selon lui, les auteurs de cet attentat "sont les ennemis du peuple irakien. Ce sont les ennemis de toutes les nations qui souhaitent aider le peuple irakien." "Par leur tactique et leurs cibles, ces meurtriers se révèlent une fois de plus comme les ennemis du monde civilisé", a poursuivi le chef de la Maison Blanche.

A Londres, le ministre des affaires étrangères britannique, Jack Straw, a condamné "l'attaque cruelle", ajoutant que les mesures de sécurité étaient actuellement revues pour les troupes britanniques présentes en Irak. Le premier ministre, Tony Blair, a été informé de l'attaque sur son lieu de vacances à La Barbade, a indiqué pour sa part Downing Street.

"C'est avec consternation et colère que j'ai pris connaissance de l'attentat terroriste perpétré aujourd'hui contre le quartier général des Nations unies à Bagdad, a de son côté écrit Jacques Chirac dans un message à Kofi Annan. Des actes aussi odieux ne peuvent que susciter l'indignation et une condamnation sans réserve." "A travers les Nations Unies, dont la contribution à la reconstruction de l'Irak est à la fois exemplaire et essentielle, c'est l'ensemble de la communauté internationale qui se trouve aujourd'hui atteinte", a ajouté le chef de l'Etat français.

La Russie avait réagi la première, en qualifiant cet attentat d'"acte barbare". Moscou ajoute que cet événement souligne le besoin urgent d'une participation internationale plus large à la stabilisation de l'Irak.

La Ligue arabe a elle aussi vivement condamné l'attentat et appelé les forces politiques irakiennes à empêcher la réédition de tels actes. "La Ligue arabe appelle toutes les forces politiques en Irak à s'unir pour empêcher de tels actes qui ne servent pas l'intérêt du peuple irakien", énonce le communiqué de l'organisation basée au Caire. Le communiqué de la Ligue arabe rend hommage à M. Vieira de Mello, "qui déploie des efforts remarquables afin de permettre à l'Irak de recouvrer sa souveraineté et de mettre fin à l'occupation, dans le cadre de l'application des résolutions de l'ONU".

PAS DE REVENDICATION

L'attentat n'a pour l'heure pas été revendiqué, comme cela avait été le cas il y a deux semaines, lors de l'attentat analogue contre l'ambassade de Jordanie, qui avait fait onze morts.

Le porte-parole de l'ONU à New York a indiqué qu'environ 300 personnes - expatriés et locaux - travaillent en temps normal au siège de l'ONU à Bagdad. "Il y avait au moins 200 personnes qui travaillaient dans l'immeuble quand l'attentat s'est produit", a indiqué la porte-parole de l'ONU à Bagdad.

Sergio Vieira de Mello, Haut Commissaire pour les droits de l'homme, a été nommé le 23 mai dernier représentant spécial de M. Annan en Irak pour y superviser le rôle de coordination humanitaire et de conseil politique joué par les Nations unies à côté des forces américano-britanniques. Agé de 55 ans, de nationalité brésilienne, M. Vieira de Mello a fait toute sa carrière au sein du système des Nations unies en commençant par le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR).

Avant d'être nommé Haut Commissaire aux droits de l'homme, il avait été administrateur de Timor-Oriental, après avoir accompli la même tâche au Kosovo. M. de Mello a aussi été secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires humanitaires, de 1998 à 2001.

Avec AFP, AP et Reuters

Comentaris

Re: sergio vieira de mello.
19 ago 2003
..."no me gustaría ver un ejercito okupar mi pais"
Sergio Vieira de Mello.
antes de mourir.
http://www.informationclearinghouse.info/article4486.htm
n un intervista x la diario brazileño "Estado de Sao Paulo" publicado Lunes.
Goma espuma y la legion
19 ago 2003
me parece que a los ejercitos de ocupacion les vendria muy bien que los desobedientes monos blancos exportaran su modelo de confrontacion a Iraq...
Sindicat