Imprès des de Indymedia Barcelona : http://barcelona.indymedia.org/
Independent Media Center
Notícies :: antifeixisme
Contra l'oblit de Jean Marc Rouillan, condemnat a mort lenta
06 oct 2009
Paco, en l'article en francès que adjunto, ens explica que Jean Marc Rouillan ha agafat una malaltia evolutiva molt estranya i poc coneguda, el síndrome de Chester-Erdheim, que sols pateixen actualment 185 persones en el mon. . Necessita atenció mèdica i no li estan donant i no li poden donar a la presó. Aquesta malaltia s'ataca als ossos. Va estar en semi llibertat i abans d'obtenir la llibertat condicional els mitjans li varen fer una campanya terrorista, calumniosa, tergiversant declaracions i varen obligar als jutges a tornar-lo a posar a la presó.
acciodireXta.jpg
Jean Marc Rouillan ha demanat la suspensió de pena per raons medicinals. No
el contesten, no el visiten els representants del Ministeri. No li volen
donar la llibertat. El 2005 va complir els 18 anys de perpetua. V de
venjança patronal. El deixen que es mori en presó. El tenen sense ordenador,
ja que saben que sobreviu com escriptor i que és l'eina que el motiva a
viure. Escriu de nou al bolígraf i ens comenta:
« *Res de nou. Ni l'expert del ministeri, ni tractament medicinal, ni
audiència amb el jutge*. *Res. 4 mesos que els metges del sector de
malalties rares exigeixen que estigui sota atenció medicinal. I tothom se'n
fot. Tu creues que em volen matar? No, es la democràcia!!! Impossible! Es
l'idea d'un extremista, no es així!?* »
Els que manen fan els que els dona la gana. Estan matant a Jean Marc
Rouillan a mort lenta i en public.
El maten legalment, impunement, i donant la culpa al propi Jean Marc
Rouillan.
Recordem que els mitjans controlats pels empresaris, els que realment
governen, varen avisar que Jean Marc estava en llibertat, que un terrorista
sense penedir-se del que havia fet estava en llibertat i que calia tornar-lo
a la presó. Els obedients jutges el varen tornar a la presó. Aquests
agenollats jutges ni tan sols s'atreveixen a aplicar la llei que varen fer
per a treure als pocs anys als nazis, criminals de guerra, genocides. A
València, Madrid, Barcelona, Paris, els miserables fan el que els manen els
poders reals
Jean Marc Rouillan explica en el seu llibre *“cròniques de la presó”* que
cap llei francesa obliga al presoner al penediment:
*"Us imagineu a Mitterrand exigint penediment als generals colpistes
d'Algèria abans d'amnistiar-los? Heu sentit parlar d'un jutge o d'un
periodista que s'hagi atrevit a preguntar-li (si es penedia) a Papón? a
Aussaresses? als assassins de l'OAS? O bé, als alts funcionaris de Luchaire
i GIAT, que varen subministrat material de guerra en les massacres de la
guerra Iran-Iraq? Mai! Si heu massacrat milers de persones, rebreu tots els
honors. Si sols sou acusat d'un o dos assassinats, sereu tractat com un
criminal". *
de *Paco* <http://bellaciao.org/fr/spip.php?article91768>;
*http://bellaciao.org/fr/spip.php?article91768*<http://bellaciao.org/fr/spip.php?article91768>;
*Six mois après son retour en prison à temps plein, en octobre 2008,
Jean-Marc Rouillan a appris qu’il souffre d’une grave maladie évolutive.
Alors qu’une nouvelle crise douloureuse le frappe actuellement derrière les
murs des Baumettes, personne n’est disposé à lui donner un traitement
adapté… en attendant une libération pour raison médicale. L’ancien militant
d’Action Directe s’interroge dans ce qu’il serait permis d’appeler le «
couloir de la mort lente ».*
Semi-libéré entre décembre 2007 et octobre 2008, date de son retour à temps
plein aux Baumettes suite à une embrouille
politico-médiatico-antiterroriste, Jean-Marc Rouillan avait été hospitalisé
d’urgence le 6 mars 2009 dans un état lamentable. Au départ, des toubibs
diagnostiquaient une banale grippe. La direction de la prison des Baumettes
parlait de dépression et enjoignait le militant à consulter un psychiatre !
Finalement, transporté in extremis par les marins pompiers à l’Unité
hospitalière sécurisé interrégionale (UHSI) de l’hôpital nord de Marseille,
Rouillan a pu subir des examens médicaux qui ont dévoilé l’origine de ses
souffrances.
Le taulard le plus encombrant de France souffre du syndrome de
Chester-Erdheim, une maladie auto-immune évolutive qui s’attaque aux os. Une
saloperie plus rare encore que les maladies orphelines. Il devient ainsi le
186ème cas mondial. La différence entre le numéro 147 575 et les 185 autres
cas répertoriés, c’est qu’il n’a accès à aucun suivi sérieux, à aucun
traitement efficace. Ce syndrome est si rare que la recherche avance
mollement de manière très empirique. Les médecins bidouillent des posologies
à base de corticoïdes et de chimiothérapie. Le hic, c’est que ces «
bidouillages » sont impossibles en prison. Toute expérimentation médicale
sur des détenus est interdite par la loi. Le temps des cobayes humains est
terminé et c’est une très bonne chose. Mais en combien de temps la maladie
va-t-elle ronger Rouillan dans ces conditions ? Un an ? Un mois ?
C’est là que nous entrons dans un labyrinthe kafkaïen. Jean-Marc Rouillan a
demandé une suspension de peine pour raison médicale. Ce que permet la loi
du 4 mars 2002, dite loi Kouchner, comme on le sait notamment depuis la
libération d’un certain Maurice Papon. Pour l’heure, rien ne bouge. Sans
l’arrêt brutal de son régime de semi-liberté, Rouillan aurait pu espérer une
libération conditionnelle en décembre 2008. Le « piège » est arrivé pile
poil à temps pour éviter qu’un nouveau militant du NPA doublé d’un
éditeur-écrivain talentueux ne vienne s’ajouter au concert anticapitaliste.
Arrêté en 1987 avec ses camarades Joëlle Aubron, Nathalie Ménigon et Georges
Cipriani, condamné à perpète, Jean-Marc Rouillan a terminé sa période de
sûreté de 18 ans en 2005. Quels motifs peuvent donc aujourd’hui justifier le
maintien en prison d’une personne qui y a survécu 22 ans dans des conditions
extrêmes (torture blanche, grèves de la faim…), qui a ensuite démontré ses
capacités d’intégration sociale en travaillant pour les éditions Agone et en
adhérant à un parti légal et qui, en plus, rentre totalement dans les
critères humanitaires définis par la loi Kouchner ? Un « expert » du
ministère de l’Injustice est attendu depuis des mois à la prison des
Baumettes pour examiner le cas d’un homme qui n’a rien d’un Hannibal Lecter.
Coincé entre quatre murs, privé d’ordinateur au mépris des lois et
règlements, Jean-Marc Rouillan s’interroge. « *Rien de nouveau. Ni expert du
ministère, ni traitement, ni audience avec le juge…*, explique-t-il à
l’encre rouge sur une lettre datée du 7 septembre et reçue le 25 septembre
dernier. *Rien. 4 mois que les médecins du pôle des maladies rares exigent
que je sois sous traitement. Et tout le monde s’en fout. Tu crois qu’ils
veulent me faire crever ? Non, c’est la démocratie !!! Impossible ! C’est
bien là l’idée d’un extrémiste, n’est-ce pas !* »
En haut lieu, on veut plier Rouillan. On veut même le casser, l’anéantir.
Les princes noirs de l’antiterrorisme aimeraient le soumettre et le voir
ramper en demandant pardon. Faut-il rappeler que, dans le droit français,
aucune loi n’exige un quelconque reniement ou repentir, notions religieuses,
aux prisonniers libérables. « *Imaginez-vous Mitterrand exiger des regrets
des généraux putschistes algérois avant de les amnistier ?*, demandait
Jann-Marc Rouillan dans ses *Chroniques carcérales*. *Avez-vous entendu
parler d’un juge ou d’un journaliste ayant osé poser la question à Papon ? à
Aussaresses ? aux tueurs de l’OAS ? Sinon aux cadres de Luchaire et de Giat
qui ont approvisionné en matériels de guerre les massacres de la guerre
Iran-Irak ? Jamais ! Si vous avez massacré des milliers de personnes, vous
recevrez tous les honneurs. Si vous n’êtes accusé que d’un ou deux
assassinats, vous serez traité en criminel*. »
Face à cette barbarie féodale, quelle action envisager pour sortir Rouillan
des oubliettes républicaines ? En dehors de la poignée de militant-e-s du
collectif *Ne laissons pas faire*, quelles voix s’élèveront enfin pour
refuser qu’un militant gravement malade pourrisse dans un cul-de-basse-fosse
? A l’évidence, on ne se presse pas à gauche et au-delà pour être sur la
photo. Les zanars ? La plupart sont trop intransigeants vis-à-vis d’un «
rouge ». Sans parler de la sempiternelle trouille d’être assimilés de près
ou de loin à feu-Action Directe. Le NPA ? Les nouveaux anticapitalistes se
seraient bien passés de l’adhésion de cet emmerdeur. Sur leur stand à la
dernière fête de *l’Humanité* pas un seul livre de « Jann-Marc » n’était
visible. Le PCF ? Après des prises de positions publiques courageuses dans
les années 2006-2007, de bons papiers dans *l’Huma*, des visites de
prisonniers effectuées par des élu-e-s communistes, le soufflet retombe. Les
pétitionnaires drouadlomistes ? Il n’y a pas si longtemps, quelques appels
ont pu réunir artistes, écrivains, philosophes, éditeurs, avocats,
journalistes… Sans lendemain. Inutile bien entendu d’attendre quoi que ce
soit des sociaux-libéraux du PS. Entre petites lâchetés, polémiques
sectaires et business électoraliste, le sort d’un rescapé des « années de
plomb » ne pèse pas lourd.
Il paraît que la peine de mort est abolie en France. Certes, la guillotine
est partie pour le musée des horreurs, mais, comme va le rappeler une
campagne de l’ARPPI en novembre, la peine de mort lente existe toujours dans
le pays des Droits de l’Homme. En maintenant Rouillan dans leur
éliminatorium, c’est une partie de notre histoire anticapitaliste commune,
avec ses hauts et ses bas, que les dominants censurent. Le véritable bilan
critique des années 80 appartient à tous les acteurs de cette période, y
compris à celles et à ceux qui ont prôné la violence révolutionnaire dans
toute l’Europe.
Ça suffit ! Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani (interdit de semi-liberté
après plus de 22 ans de prison et après avoir purgé sa peine de sûreté de 18
ans en 2005) ne peuvent pas servir indéfiniment de boucs émissaires. Il faut
tourner la page sans la déchirer, il faut libérer les anciens militants
d’Action Directe, il faut faire soigner Rouillan avant que l’irréparable ne
nous fasse tous complices indirects, par indifférence ou passivité, d’une
effrayante vengeance d’Etat.
*Paco sur Le
Post.fr*<http://www.lepost.fr/article/2009/09/28/1715888_jean-marc-rouillan-tu-cr;
___________
Ateneo Libertario Al Margen
Palma, 3 bajo
Tel. 96 392 17 51
46003 València

correo ARROBA ateneoalmargen.orgEsta dirección de correo electrónico está protegida contra los robots de spam, necesita tener Javascript activado para poder verla




Contra l'oblit de Jean Marc Rouillan, condemnat a mort lenta



Paco, en l'article en francès que adjunto, ens explica que Jean Marc Rouillan ha agafat una malaltia evolutiva molt estranya i poc coneguda, el síndrome de Chester-Erdheim, que sols pateixen actualment 185 persones en el mon. . Necessita atenció mèdica i no li estan donant i no li poden donar a la presó. Aquesta malaltia s'ataca als ossos. Va estar en semi llibertat i abans d'obtenir la llibertat condicional els mitjans li varen fer una campanya terrorista, calumniosa, tergiversant declaracions i varen obligar als jutges a tornar-lo a posar a la presó.

Jean Marc Rouillan ha demanat la suspensió de pena per raons medicinals. No el contesten, no el visiten els representants del Ministeri. No li volen donar la llibertat. El 2005 va complir els 18 anys de perpetua. V de venjança patronal. El deixen que es mori en presó. El tenen sense ordenador, ja que saben que sobreviu com escriptor i que és l'eina que el motiva a viure. Escriu de nou al bolígraf i ens comenta:

« Res de nou. Ni l'expert del mi

This work is in the public domain
Sindicat